L’effet des PEMFs couples avec des Signaux Électromagnétiques d’Antibiotiques sur la croissance de E. Coli

Anton Sheikh-Fedorenko
De plus en plus de personne à travers le monde tournent leur attention vers les thérapies basées sur le bioélectromagnétisme, un type de médecine complémentaire et alternative qui utilise les champs électromagnétiques comme les champs électromagnétiques pulsés à basse fréquence (PEMFs) pour aider à gérer diverses conditions. 
 
Cet article examine une publication de 2013 intitulée « Influence du signal électromagnétique des antibiotiques excité par les champs électromagnétiques pulsés à basse fréquence sur la croissance d'Escherichia coli » par Y.-L. Ke et coll. dans lequel les auteurs ont examiné l'effet des PEMFs couplés au signal électromagnétique des antibiotiques sur le taux de croissance d'E. coli.

Qu’est-ce qu’on fait les auteurs ?


Pour l’étude, E. coli a été choisie car elle est considérée comme la bactérie la plus largement caractérisée. Quant à l'antibiotique, l'ampicilline, un antibiotique bêta-lactame pénicilline à large spectre bien connu a été sélectionné. Les cellules E. coli ont été cultivées pendant 12 heures. 
Ensuite, des groupes de cellules E. coli ont été réalisés :
 
1) Un groupe d’échantillons, qui a été exposé aux PEMFs avec un signal électromagnétique d’ampicilline ; et 
2) Un groupe contrôle qui n’a pas été exposé aux PEMFs. 


Pour suivre le nombre de cellules d’E. coli dans les groupes échantillons et contrôle, la valeur de la densité optique (DO) a été mesurée en utilisant de la lumière spectrométrique à 600 nm. La relation entre la DO et le nombre de cellules d’E. coli peut-être représenté par le calcul suivant :
DO ∝ log N
où N est le nombre de E. coli comptées/mL. De là, le taux de croissance peut être dérivé.


Qu’ont révélés les données ? 

 
Les données ont révélé qu'il y avait une différence significative dans la croissance d'E. coli entre les groupes expérimental et témoin (Fig. 1). En fait, il a été constaté que le signal électromagnétique de l'ampicilline et les PEMF affectaient la croissance d'E. coli. Le taux de retard de croissance maximal (TRM) des PEMFs avec et sans signal électromagnétique de l'ampicilline sur la croissance des cellules E. coli pendant la phase logarithmique (également appelée croissance à l'état d'équilibre) était de 17,4 et 9,08%, respectivement. Les auteurs ont également constaté qu'en modifiant la fréquence porteuse des PEMFs, l'effet de retard sur la croissance d'E. Coli pouvait être amélioré (Fig. 2).

Fig. 1. Le taux de croissance des cellules d'E. Coli non exposées aux PEMF (contrôle) et exposées à 210 mHz PEMFs avec le signal électromagnétique d’ampicilline (expérimental).

Fig. 2. Le taux de croissance des cellules d'E. Coli non exposées aux PEMF (contrôle) et exposées à 210 Hz PEMFs avec le signal électromagnétique d’ampicilline (expérimental).

 
 

Qu’est-ce que cela signifie ?


Cette étude illustre la capacité de lié avec succès les PEMFs avec le signal électromagnétique de l’ampicilline pour réduire le taux de croissance de E. coli. Bien que du travail supplémentaire est encore nécessaire pour comprendre entièrement par quel mécanisme le signal électromagnétique influence E. coli, l'étude fournit un soutien supplémentaire sur l'utilisation des thérapies de transfert d'informations électromagnétiques et des ICs comme options cliniques alternatives pour les individus.

Référence

Ke, Y., Chang, F., Chen, M. et al. Influence of Electromagnetic Signal of Antibiotics Excited by Low-Frequency Pulsed Electromagnetic Fields on Growth of Escherichia coli. Cell Biochem Biophys 67, 1229–1237 (2013). https://doi.org/10.1007/s12013-013-9641-5
0
7488