7 alternatives plus sûres aux antidouleurs en vente libre

Anton SF

Vivons-nous dans une société qui est trop dépendantes des médicaments ? 

 
C’est compréhensible que certaines affections demandent des produits pharmaceutiques ; cependant, pour certains problèmes comme des légers maux de tête et douleurs, le premier réflexe de certaines personnes est de se tourner vers des médicaments en vente libre. Les antidouleurs en vente libre les plus populaires sont l’acétaminophène (les noms de marques incluent : Tylenol et le Paracétamol) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène (les noms de marques incluent : l’Advil, le Motrin). Bien que ces deux types de médicaments réduisent la douleur, ils fonctionnent différemment dans le corps – les AINS réduisent la production de prostaglandines, qui sont des substances semblables aux hormones impliquées dans la douleur et l’inflammation, tandis que les acétaminophènes bloquent les signaux de douleurs au sein du système nerveux central (i.e. le cerveau et la moelle épinière). Comme on le voit à travers le mécanisme d'action, ces médicaments ne guérissent pas le problème sous-jacent, mais masquent plutôt les symptômes. Alors, est-il prudent de prendre régulièrement des antidouleurs en vente libre ?

Puisque les médicaments en vente libre ne nécessitent pas de prescription et sont facilement accessible, il est facile de supposer qu’ils sont sans danger. Faux ! Comme pour les médicaments prescrits par un médecin, les médicaments en vente libre comportent également des risques néfastes pour la santé. Par exemple, des études ont montré qu’une utilisation continue d’acétaminophène ou AINS peut avoir des effets secondaires négatifs comme des ulcères ou saignement d’estomac de même que des lésions rénales ou hépatiques. En particulier pour les AINS l’utilisation à long terme augmente le risque de crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux. Une étude comprenant 10 millions de participants a découvert que ceux qui prennent actuellement une sorte de AINS (prise dans les 14 jours précédant) avaient un risque 19% plus élevé d’être hospitalisé en raison d'une insuffisance cardiaque par rapport à ceux qui avaient pris le médicament dans le passé (prise > 183 jours dans le passé) [1]. En tournant notre attention vers les femmes enceintes, les médecins vont souvent recommander de l’acétaminophène pour la pour la douleur car les études sur les AINS ont mis en avant un lien entre leur consommation et les fausses couches et les malformations congénitales. Cependant, l’acétaminophène n’est pas complétement sans danger non plus – une étude publiée récemment dans le journal ‘Pediatrics’ a révélé que les femmes enceintes qui prennent de l’acétaminophène pendant 29 jours ou plus durant leur grossesse avaient 220% plus de pour d’avoir un enfant diagnostiqué avec un trouble de déficit de l'attention avec de l’hyperactivité (TDAH) [2].

Même en considérant les dangers associés aux antidouleurs en vente libre, des centaines de milliers de personnes les prennent toujours régulièrement. Y-a-t-il des antidouleurs naturels soutenus scientifiquement ? La réponse est, heureusement, Oui ! Voici 7 antidouleurs non pharmacologiques qui méritent d'être considérés avant d’aller dans l'armoire à pharmacie.



1. Curcuma 

 


Le curcuma est une racine jaune qui fait partie de la famille du gingembre et est communément utilisé comme épice dans beaucoup de cuisines à travers le monde. Il est riche en nutriments comme le bêta carotène, la vitamine C, le calcium, la niacine, le potassium, et le zinc. En plus, le curcuma contient de la curcumine, qui est un antioxydant qui aide à protéger le corps des dommages causés par les radicaux libres. Plusieurs études cliniques ont démontré les effets antioxydants, anti-inflammatoires et antinéoplasiques du curcuma. En considérant tous les bénéfices associés au curcuma, ce n’est pas une surprise qu’il soit une part centrale de l'Ayurvéda et de la médecine traditionnelle chinoise (MTC). En ce qui concerne sa mesure par rapport aux analgésiques en vente libre, une étude de 2009 et 2014 a démontré que, par rapport à l'ibuprofène, les extraits de curcuma étaient une alternative sûre et aussi efficace pour le traitement de l'arthrose du genou. [3, 4]. Une autre étude publiée en 2012 a démontré que le curcuma réduit les douleurs articulaires chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde mieux qu'un AINS habituellement utilisé pour ces problèmes [5].

 

2. Le gingembre 




Le gingembre est une plante et sa racine a été utilisée comme une forme de médicament depuis des milliers d’années. Le gingembre a des propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes ainsi qu'un potentiel antimicrobien. Il est surtout connu pour ses effets digestifs ; cependant, la recherche a également montré qu'il peut soulager la douleur causée par les migraines, les menstruations, l'arthrose et la polyarthrite rhumatoïde. Des études ont démontré que le gingembre est aussi efficace que l'ibuprofène dans la prise en charge des douleurs post-chirurgicales [6] ainsi que dans le soulagement de la douleur chez les femmes atteintes de dysménorrhée (règles douloureuses) [7].


3. Les acides gras omega-3



 
Les acides gras omega-3 sont extrêmement important pour la santé et considéré comme étant un des agent anti-inflammatoire les plus efficace existant.  Le corps humain ne sait pas produire des acides gras omega-3 et c’est pourquoi il faut l’acquérir à travers l’alimentation ou des compléments alimentaires. La recherche a montré que l’apport en acides gras oméga-3 avec de l'huile de poisson réduisait la douleur arthritique et était aussi efficace que l'ibuprofène [8].


4. La cannelle 




La cannelle est une épice couramment utilisée avec une abondance de bienfaits pour la santé. Une de ses nombreuses utilisations est pour la gestion de la douleur et de l’inflammation comme dans le cas des patients avec de la polyarthrite rhumatoïde [9] ou ceux atteints de dysménorrhée (règles douloureuses). Une étude publiée dans le ‘Journal of Clinical & Diagnostic Research’ a découvert que la cannelle était aussi efficace que l’ibuprofène pour diminuer les douleurs menstruelles. [10].


5. La stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS)




La thérapie par stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS) utilise des courants électriques basse tension pour traiter les douleurs chroniques et aiguës. La thérapie TENS a prouvé réussir dans la gestion de la douleur [11] pour les personnes atteintes d'arthrose, de fibromyalgie, de douleur dans la nuque et le dos, de tendinite, de bursite, de fractures, de postopératoire et de douleur d’accouchement et de douleur menstruelle. Une étude de 2002 a conclu que la thérapie TENS était plus efficace que les AINS dans le traitement des personnes avec des fractures mineures simples [12].


6. Les champs électromagnétiques pulsés (PEMF)





La thérapie par champs électromagnétiques pulsé (PEMF) a été prouvée efficace dans le traitement de la douleur et de l’inflammation. Des études ont suggéré que la thérapie PEMF est efficace pour la gestion de la douleur et améliorer les capacités chez les personnes atteintes d'arthrose au genou [13] ainsi que d’affections de bas du dos. [14].


7. L’acupuncture



 
L’acupuncture, qui est une discipline de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), est une des plus anciennes techniques de guérison. Elle fonctionne généralement en insérant des aiguilles minces dans la peau pour stimuler certains points sur le corps pour soulager la douleur [15] ou traiter d’autres pathologies. Un essai clinique de 2018 a observé que l’acupuncture combinée avec des herbes chinoises était plus efficace pour soulager les douleurs menstruelles que l’ibuprofène [16].


Si vous n’avez pas encore essayé, les ICs sont une autre alternative non pharmacologique pour le soulagement de la douleur. Les ICs sont utilisés depuis plus de 25 ans par des praticiens de la médecine d'énergie et d'information pour aider leurs clients. Sur Infopathy, il y a beaucoup d’ICs disponibles pour la gestion de la douleur, pour vous essayer n’importe où, n’importe quand.



Références

1.    Corrao, G et al. Non-steroidal anti-inflammatory drugs and risk of heart failure in four European countries: nested case-control study. BMJ 2016, 354. DOI: https://doi.org/10.1136/bmj.i4857
2.    Ystrom E. et al. Prenatal exposure to acetaminophen and risk of ADHD. Pediatrics 2017, e20163840. DOI: 10.1542/peds.2016-3840
3.    Kuptniratsaikul, V. et al. Efficacy and safety of Curcuma domestica extracts in patients with knee osteoarthritis. J Altern Complement Med 2009, 891. DOI: 10.1089/acm.2008.0186
4.    Kuptniratsaikul, V. et al. Efficacy and safety of Curcuma domestica extracts compared with ibuprofen in patients with knee osteoarthritis: a multicenter study. Clin Interv Aging 2014, 451. DOI: 10.2147/CIA.S58535
5.    Chandran, B. and Goel, A. A randomized, pilot study to assess the efficacy and safety of curcumin in patients with active rheumatoid arthritis. Phythother Res 2012, 1719. DOI: 10.1002/ptr.4639
6.    Rayati, F. et al. Comparison of anti-inflammatory and analgesic effects of ginger powder and ibuprofen in postsurgical pain model: a randomized, double-blind, case-control clinical trail. Dent Res J (Isfahan) 2017, 1. 
7.    Ozgoli, G. et al. Comparison of effects of ginger, mefenamic acid, and ibuprofen on pain in women with primary dysmenorrhea. J Altern Complement Med 2009, 129. DOI: 10.1089/acm.2008.0311
8.    Maroon, J.C. and Bost, J. W. Omega-3 fatty acids (fish oil) as an anti-inflammatory: an alternative to nonsteroidal anti-inflammatory drugs for discogenic pain. Surg Neurol 2006, 326. DOI: 10.1016/j.surneu.2005.10.023
9.    Shishehbor, F. et al. Cinnamon consumption improves clinical symptoms and inflammatory markers in women with rheumatoid arthritis. J Am Coll Nutr 2018, 1. DOI: 10.1080/07315724.2018.1460733
10.            Jaafarpour, M. et al. Comparative effect of cinnamon and ibuprofen for treatment of primary dysmenorrhea: a randomized double-blind clinical trial. J Clin Diagn Res 2015, QC04. DOI: 10.7860/JCDR/2015/12084.5783
11.            DeSantana, J. M. et al. Effectiveness of transcutaneous electrical nerve stimulation for treatment of hyperalgesia and pain. Curr Rheumatol Rep 2008, 492. DOI: 10.1007/s11926-008-0080-z
12.            Oncel, M. et al. Transcutaneous electrical nerve stimulation for pain management in patients with uncomplicated minor rib fractures. Eur J Cardiothorac Surg 2002, 13. DOI: 10.1016/s1010-7940(02)00206-3
13.            Bagnato, G. L. et al. Pulsed electromagnetic fields in knee osteoarthritis: a double blind, placebo-controlled, randomized clinical trial. Rheumatology (Oxford) 2016, 755. DOI: 10.1093/rheumatology/kev426
14.            Andrade, R. et al. Pulsed electromagnetic field therapy effectiveness in low back pain: a systematic review of randomized controlled trials. Porto Biomed J 2016, 156. DOI: 10.1016/j.pbj.2016.09.001
15.            Vickers, A. J. et al. Acupuncture for chronic pain individual patient data meta-analysis. Arch Intern Med 2012, 1444. DOI: 10.1001/archinternmed.2012.3654
16.            Peng, Y. Clinical Study on the Treatment of Primary Dysmenorrhea with Acupuncture Combined with Huo Xue Hua Yu Decoction. Jiangxi Traditional Chinese Medicine 2018, 53.
2
14695

7 alternatives plus sûres aux antidouleurs en vente libre
Replies
MP
23 Oct 2021
Votre appareil PEMF est-il sûr à utiliser pendant la grossesse ?
Voir l'original
1 réponse
Cacher la branche
Show modal